Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Recommander

Compteur de passages

Vous êtes le visiteur
          
                

 

100000:visit. le 9avril10         

160.000 visiteurs le 13 dec  

180.000 visiteurs le 22 fev11  

200.000 visiteurs le 14mai11

250.000 visit.le 8 dec 11       

280.000 visit.le 4 mars12

300.000 visit le 13 mai12        

350.000 visit le 19 oct 12

360.000 visit le 28 nov 12

380.000 visit le 24 janv 13

400.000 visit le 21 mars13   

420.000 visit le 5 juin 13

450.000 visit le 26 sept 13

500.000 visit le 28 février 14 

520.000 visit le 3 mai 14

540.000 visit le 6 juillet 14

550.000 visit le 3 Août 14 

 

 

            

Visiteurs actuels

Nombres de visiteurs actuels

 

  Il y a actuellement    1 visiteurs sur ce blog

 

 

  Il y a actuellement    1 visiteurs sur ce blog

 

Sommaire des articles

Accueil (5 chapitres)

 

Auteurs du blog (1)

 

Calendrier Champsaurin 2014

et langue régionale

R. Faure janvier 2014

 

 

septembre 2014 d       

 

 

 

Nouveaux articles  

 

La Chapelle en Valgo

Ph Lecourtier sept 14 

 

Film Lucien Patry

"La dernière moisson"

1h sur Prapic. Proposé

par son ami Robert Faure 

septembre 2014

 

Paul Héraud

Chef de la Résistance

Ph Lecourtier 07/2014

 

Col du Lautaret

Alexandre Bonnabel

Champsaurin entreprenant

R. Faure Juillet 14

 

Résistance 39 45

Lecourtier Juillet 14 

 

Deux amis de 14 18

"à la vie à la mort "

R. Faure mai 2014

 

 

 

Villages du Champsaur

   

Ancelle (1)

 

Saint Bonnet en Champsaur (3) 

 

Saint-Jean-Saint-Nicolas (5)

 

Pont du Fossé (3)

 

Champoléon. (2)

 

Station de ski de Chaillol (1) 

 

Saint Michel de Chaillol  (1)  

 

Station de Laye (1)   

 

Valgaudemar (1)      

 

Saint Léger Les Mélèzes (2)

 

Pouillardencq (1) 

 

village de Chauffayer (3)       

 

Village de Corps (7)       

 

La Motte en Champsaur (3)

 

Saint Firmin en Valgaudemar (3)

 

Le Glaizil en Photos (3)

 

Les Aliberts  (près St Bonnet) (1) 

 

Chaudun (3)         

 

vues satellite du Champsaur (1) 

 

Pélerinage de La Salette (7)

 

Fond Ecran Champsaur (2)

 

Refuge Napoléon au col de Manse (1)

 

Col du Lautaret (1)

 

 

 

Webcam (camera direct)

 

Gap en direct ( webcam ) (1)

 

Col Bayard en direct (1)

 

Orcières en direct (1)  

 

 

Châteaux du Champsaur

 

Chateau de Lesdiguières au Gla (2)

 

Chateau des Herbeys (1) 

 

Château de Saint Firmin (1)

 

Château de St Léger les Mélèzes  (1)

 

 

 Articles de Robert Faure

 33 articles

 

L'auteur

 

Présentation de ses livres (2)

 

Sommaire de tous ses articles (1) 

 

Champsaur autrefois (16 articles)

 

Champsaur aujourd'hui (15 art.)

 

Interview de M. Faure  (1)

 

Robert Faure sur FR3  (1)

 

Confèrence à Orcières  (1)

 

Diaporama guerre 14-18

 

Presse et télévision locale (1)

 

Divergences Parc National Ecrins(1)

 

 

 Hommes célèbres 

 

10  personnalités marquantes   (10)  

 

 

 Colonies du Champsaur

 

colonie Timon David au Glaizil (3)

 

colonie Aix au Glaizil  (20)

 

Rencontres des anciens de la colo (3)

 

Colonie Marie Philip (1)

 

Fin des colonies pour 2013 ?  (1)

 

Chants de colonie  (1) 

 

 

Evénements marquants 

 

Accident avion pélerins canadiens contre l'Obiou (18 chapitres)

 

Accident mortel dans l'Obiou (1)

Aout 2013

 

Résistance 39-45 et Champsaur (8) 

 

Eoliennes de Pellafol (1)

 

Rassemblement scout 1973 

 

 

Témoignages


Robert Faure  1000 sujets/Champsaur

 

Jean Bauchau, paysan par vocation

 

Emission de TF1 "tous ensemble"

 

Souvenirs de guerre d'un enfant (1)

 

Docteur du Serre de St Bonnet 

 

Errance d'une famille juive en 39 45 

 

Guerre de 1870 raconté par Mr Servel

 

Enquête sur Anne-Marie Faure (1) 

 

Pierre Poutrain résistant (1)

 

Paul Marie Radius résistant (1)     

 

Léon Michel : Gestapo  (1)

 

 

 

Automobiles  

 

Sébastien Ogier, exceptionnel (1)

 

Croisière Blanche historic (1)

 

Automobiles du Champsaur (1) 

 

 

Photos et CP anciennes

 

Pont du Fossé (1)

 

Saint-Bonnet  (1)

 

Corps (1)

 

Glaizil (1)

 

La Salette (en 1900)

 

 

Thèmes religieux 

 

Pélerinage de La Salette (7articles)

 

ND du Laus autrefois (1)    

 

ND de Bois Vert (1)

 

Vénérable frère Polycarpe (1)  

 

Mgr Jean Eyraud du Glaizil (1)

 

La secte des Patarons (1)

 

ND La Salette en ruine Marseille (1)

 

 

 

Histoire du Champsaur

La grande....

     

Diaporama guerre 14-18 

 

Louis XI dans le Champsaur (1)

 

Résistance 39-45 et Champsaur (8)

 

Guerre des religions (1)

 

Révolution de 1789 (1) 

 

Hannibal est passé par le Champsaur (1)

 

Duc de lesdiguières (3)

 

Histoire du Glaizil (1)

 

Le Champsaur ravagé en 1692  (1)  

 

Guerre de 39-45  (8)

 

Guerre de 1870 raconté par Mr Servel

 

Napoléon traverse le Champsaur (1)

 

Emigration vers USA (1)

 

 Champsaurins en Chine (1)

 

 

Traditions Champsaur 

 

Langue régionale (1)

 

Fête du terroir (1)

 

Encyclopédie des traditions (1)

Livre de Robert Faure  

 

Musée Gap sur Champsaur (1)

 

Musée paysan de Pont du Fossé (1)

   

Traditions musicales Champsaurines

 

 

 

Le coin des artistes

 

Carole Moutte : peintre Champsaur (1)

 

La Preyra : duo musical (1)

 

Gerard Dôle : musique (1)

 

Photos d'Albert Justin (1)   

 

Récital orgue Salette (1)

 

Le violon d'E. Escale (1) 

 

Les "Croquignard" BD (1) 

 

Les photos de Marjorie (1)

 

Les photos de R. Manson (1)

 

 

Les articles qui ont un plus

pour une raison ou une autre

 

RF=Robert Faure

PL= Philippe Lecourtier

 

Article le plus lu du blog

Pélerinage de La Salette PL

 

Ma video préférée

Interview robert FaureRF

 

Le village le plus lu :

Village de Corps PL

 

Le plus lu par les lycéens

Hannibal dans les Alpes RF

 

Article le + long à écrire (3 mois)

Mgr Jean Eyraud du Glaizil PL

 

Le seul article politique :

Fin des colonies pour 2013PL

 

Article le plus perilleux

Photos aériennes Champsaur PL

 

Vidéo la plus étonnante

chateau lesdiguières (1)     

 

 

 

32 Diaporamas    

 

Liste des Interviews et diaporamas (32)

 

Diaporama guerre 14-18

R. Faure novembre 2013

 

 

Liste en cours d'élaboration 

 

 

 

 

Quelques photos du blog

    Champsaur 1

Nombre visiteurs actuels

Nombre de visiteurs actuels

 

  8|    Il y a actuellement   1 visiteurs sur ce blog 8|  

    Il y a actuellement   1 visiteurs sur ce blog  :D 

Chaudun

Chaudun, un village des Hautes Alpes abandonné en quelques semaines par ses habitants en 1895.

   

Pour lire la totalité de l'article Cliquez ICI   (recommandé)

 

 

  Chaudun-copie-3

 2012, le village tel qu'il est aujourd'hui : pour voir ces photos récentes Cliquez ICI

 

 

Résumé de l'article :

1 / Les photos anciennes du village ( provenant des panneaux du syndicat d'initiative )  Vous y êtes  (article Philippe Lecourtier)

2 / Les photos récentes : dont certaines sont magnifiques. Cliquez ICI (article Philippe Lecourtier)

3 / Lire les explications de Robert Faure. Cliquez ICI  (R. Faure est historien du Champsaur)

 

     

 

1 / Chaudun autrefois.

 

Vous allez découvrir l'histoire incroyable de ce village des Hautes Alpes ( non loin du col Bayard, 05  ), qui a été littéralement abandonné par tous ses habitants en Août 1895 et vendu à l'état français.

 

M. Robert Faure ( journaliste, homme de télévision, historien du Champsaur)  nous explique, cette histoire étonnante en fin d'article. Elle est l'illustration parfaite des difficultés économiques du Champsaur au début du siècle dernier, qui entraîna en quelques années un exode massif vers l'Algérie, les Etats-Unis ou le Canada.

 

Lorsque ce sujet est abordé, Robert Faure nous rappelle, qu'aujourd'hui encore,  les difficultés économiques de cette région rurale sont bien réelles: d'où l'importance du tourisme, des sports d'hiver, ou des évènements médiatisés comme la "Croisière Blanche".

 

 

 

 

Chaudun 1 RC

Photo de Chaudun en 1880. ( Office National des Forêts / photo Syndicat d'initiative)

 

 

Histoire du village.

 

La Chartreuse de Bertaud ( 1188-1448 ) avait trouvé  ce lieu retiré  pour vivre sa vie monastique. Elle avait mis en valeur la rive droite du torrent.

 

Les Seigneurs du Chapitre de Gap vinrent un peu plus tard. Toutefois les guerres religieuses de 1562, 1567, 1568 appauvrirent considérablement le secteur de Chaudun. Alors les Seigneurs du Chapitre décidèrent de louer les terres aux pionniers les plus offrants.

 

Finalement le village fut réellement fondé en 1593.

 

En 1639, les terres de Chaudun furent vendues à Jacques Amar.

 

1789 . La Révolution libéra les habitants de beaucoup de contraintes......mais la pauvreté demeura.

 

Finalement le village fut vendu à l'état le 24 Aout 1895. Les habitants partirent le 1er Avril 1896.

 

Le service forestier ( ONF) entreprend de 1896 à 1913 un grand reboisement avec la plantation de 4 millions d'arbres. Par ailleurs le génie civil  construisit sentiers et barrage.

 

Encore aujourd'hui les services forestiers sont très présents, veillant à l'entretien de la forêt et au respect de ce patrimoine par les touristes.

 

 

Chaudun-copie-1.jpg

 La ruine du village de Chaudun débute dès le départ de ses habitants.

 

 

 

Chaudun-r.jpg

  Oui, le village s'est rapidement dégradé. On remarquera la présence, près du pont, d'une personne avec son chien.

 

 

Pourquoi l'abandon du village ?

 

La misère s'est installée progressivement au 19eme siècle pour les 176 habitants et les a contraint à partir sur l'incitation d'ailleurs du curé du village.

 

Une misère liée tout d'abord à la situation géographique. Entouré de hautes montagnes, accessible uniquement par des cols, le village était isolé du reste du monde environ 8 mois par an, dès les premières neiges. L'autosuffisance était donc la règle...... 

 

Ensuite l'érosion et le surpâturage avait entrainé un appauvrissement des sols. Les habitants étaient obligés d'aller chercher très hauts quelques terres cultivables.

 

 

 

Chaudun-vu-du-col-de-Chabanottes---1897-.jpg

Chaudun vu du Col de Chabanottes. On réalise sur ce cliché de 1897, l'extrême sécheresse des montagnes environnantes. J'ai fait en juin 2010 une photo au même endroit ( voir un peu plus loin), vous verrez la différence. ( ONF / photo Syndicat d'initiative)

 

Chaudun-copie-4.jpg

Une telle sécheresse semble à peine croyable ! J'ai entouré le village de Chaudun.

 

 

La commune propose finalement de vendre toutes ses terres à l'Etat. 

 

 

Le 28 Octobre 1888, les habitants de Chaudun envoient  une pétition relativement longue et explicative sur leur condition de vie au Ministre de l'agriculture, qui termine de cette façon ".......nous vivons presque au jour le jour, M. Le Ministre; c'est à dire que notre pauvreté ne peut parer aux éventualités et qu'aujourd'hui la plus triste misère règne dans nos maisons. Vaincus par l'indigence nous avons l'honneur de proposer au gouvernement l'achat du territoire de notre commune".

 

Juste un peu plus loin, il propose  :" ....nous avons appris que le gouvernement  faisait des concessions de terrain en Algérie pour ceux qui ont l'intention de coloniser. En présence d'une situation géographique et géologique aussi mauvaise que celle de Chaudun, nous n'hésiterons pas, M. Le Ministre à émigrer vers le sol si fertile de l'Afrique Française........"

 

Certains habitants partiront effectivement en Algérie, d'autres aux Etats Unis.

Nous pouvons remarquer au passage que de nombreuses années se sont écoulées entre la date de cette pétition ( 28 Octobre 1888) et  la date de la signature ( 24 Aout 1895 ) .

 

 

Vente-de-Chaudun-a-l-etat-en-1895-RC.jpg Vente de Chaudun à l'état ( premiere du genre dans les annales de la République) le 24 Aout 1895. ( ONF / photo Syndicat d'initiative) . Au début du 20eme siècle, suivront le même chemin dans le Champsaur, les villages de Chatillon-le-désert, Molines en Champsaur, Agnielles....

 

 

 

  Chaudun signature vente 3

  Pourquoi l'Etat Français a t'il été intéressé ?   ( photo Syndicat d'initiative)

 

 

 

 

vente-de-chaudun-vue-par-un-journal-du-24-Aout-1895.JPG

  On remarquera que le journal a repris pour son illustration, la photo qui se trouve au dessus ( ONF / photo Syndicat d'initiative)

 

 

 

 

 

Photos du village de Chaudun et de sa vie au quotidien.

 

 

 

Chaudun-villageois.jpg

 Cette photo a été prise le 24 Août 1895....le jour de la signature. ( photo ONF/ syndicat d'initiative).

 

 

 

 

 

Interieure-de-l-eglise-de-Chaudun-RC.jpg

 Intérieur de l'église de Chaudun en 1880. L'histoire de ce village nous paraît lointaine et pourtant lorsqu'on voit ce cliché, l'intérieur de l'église ressemble à s'y méprendre à celles de nos jours. ( ONF / photo Syndicat d'initiative)

 

 

 

Le-cure-de-Chaudun-RC.jpg

 L'abbé Robert, curé de Chaudun,( je ne suis pas sûr que se soit lui sur la photo)  conscient des problèmes de pauvreté de ses paroissiens, participa grandement à l'élaboration de ce projet et à sa réalisation. Ce prêtre qui avait vécu quelques années au Canada et qui avait été obligé de revenir en France après quelques litiges avec sa hiérarchie, avait été muté à Chaudun. ( ONF / photo Syndicat d'initiative)

 

 

 

 

Chaudun-famille-RC.jpg

 Une jeune mère et ses enfants. J'ai été surpris car cette dame est bien habillée, même à Chaudun, même en 1880. ( ONF / photo Syndicat d'initiative)

 

 

 

Chaudun--photo-d-enfants-RC.jpg

  Chaudun. Enfants du village. ( ONF / photo Syndicat d'initiative)

 

 

 

 

La fin de Chaudun : 1895

 

 

 

Chaudun--debut-de-ruine-RC.jpgComme je le disais plus haut dans l'article, la vente du village a débuté  le 28 octobre1888  et n'a abouti que le 24 Aout 1895. Dans ce laps de temps de nombreux habitants ont commencé à partir sans connaître l'issue des tractations. Les autres sont restés de  1888 à 1895  très isolés dans ce village qui commence déjà à tomber en ruine comme cette  photo le montre. ( ONF / panneau Syndicat d'initiative)

 

 

Avant de partir définitivement, les habitants construisirent, juste à coté du cimetière une petite chapelle commémorative. Cette édifice a été un des derniers à s'effondrer. Le fronton a d'ailleurs été restauré récemment ( voir photo plus loin).

 

Petite réflexion personnelle: J'ai été surpris à vrai dire par la rapidité de l'effondrement de toutes les constructions ( églises, habitations, édifices publiques......). Seul le pont à l'entrée du village est resté intact. Mais peut-être a t'il été entretenu par les services des eaux et forêts. Donc en 10 ans tout s'est effondré, 100 ans plus tard, il n'y a plus rien !

 

 

 

Le grand départ le 1er Avril 1896.

 

Ce départ fut prévu pour le 1er avril 1896. Toutefois certains ne partirent qu'en 1902. " ....quand les gens ont dû quitter leur village, ils ont tous pleuré, et n'auraient plus voulu partir, mais il était trop tard. Il fallait tout abandonner, en laissant, comme il était prévu dans le contrat de vente, la porte de leur maison ouverte. Ils prenaient conscience à cet instant précis du geste de trahison qu'ils venaient d'accomplir....."

 

En février 1896, la ville de Gap demande que l'église, la mairie, l'école soient vidées totalement et les portes ouvertes. Dur, dur.....!

 

Les "Eaux et Forêts" sont pressés de récupérer ces batiments pour loger leurs ouvriers.

 

Le jour du départ, une femme décède en cours de chemin. Vous pouvez voir un peu plus loin ( photo juin 2010) la croix qui marque le lieu du décès. 

 

Tous partirent bien tristes.......

 

 

 

 

L'arrivée des "Eaux et Forêts" : reboisement de 1896 à 1913  

 

 

 Une pépinière est mise en route, et en 17 ans, 4 millions d'arbres sont plantés !  (ce chiffre m'a paru très étonnant, mais il est confirmé en plusieurs endroits !)

 

Eglise-de-Chaudun-reamenagee-7.jpg L'équipe des "eaux et forêts" arrivent donc en 1896. L'ancienne église est réaménagée. En comparant ce cliché avec le cliché de 1880, qui se trouve plus haut, on repère de suite les modifications. Le village se trouve au confluent de deux cours d'eaux : le "Petit Buëch" et le "torrent des Clots".  La photo a été prise juste à la jonction : l'érosion est très visible. ( ONF / photo Syndicat d'initiative) 

 

 

 

 

Chaudun-exploitation-forestiere.jpg

  L'exploitation forestière démarre assez rapidement. ( ONF / photo Syndicat d'initiative)

 

 

 

 

Chaudun---equipe-du-service-des-eaux-et-foret-RC.jpg

  L'équipe des eaux et forêts. ( ONF / photo Syndicat d'initiative)

 

 

 

2012, le village tel qu'il est aujourd'hui :  Cliquez ICI

Si vous ne pouvez pas aller plus loin  CLIQUEZ ICI ( vous verrez les photos récentes )

Pour revenir à l'Accueil   Cliquez ICI

 

 

 

Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Par Lecourtier philippe

Col-de-Gleize.jpg

Photo prise au col de Gleize.

 

 

Si vous arrivez directement sur ce chapitre, vous avez loupé les belles photos de Chaudun autrefois : Cliquez ICI   ( vous pourrez lire l'article entièrement).

J'ai donc visité ce village de Chaudun en juin avec une certaine curiosité je dois le dire. Ce matin là, il faisait presque froid.

 

L'itinéraire pour aller à Chaudun ( Hautes Alpes, 05 ) est le suivant : non loin du col Bayard suivre la direction "Col de Gleize" à droite en allant vers Gap . On peut monter jusqu'au col de Gleize en voiture : la route est goudronnée. Ceux qui descendent jusqu'au Gîte peuvent y aller en voiture avec l'autorisation des gardes forestiers.( barrières )

 

 

Itineraire-pour-aller-a-Chaudun---05--.jpg

On stationne donc au col de Gleize ( sur la carte, il est indiqué "Vous êtes ICI" ) . Ensuite l'itinéraire pour aller à Chaudun à pied est bien indiqué par le service forestier. J'ai mis 1h30 pour descendre et 2h30 pour revenir ( montée relativement raide)  jusqu'au Col de Gleize.

 

 

 

Foret-de-Chaudun.jpgDès le début du chemin on comprend le travail colossal de reboisement qui a été effectué. Colossal !  Cette première partie du chemin est relativement plate pendant environ 30 mn.

 

 

 

 

La-croix-de-Chaudun.jpg

A Saint Bonnet en Champsaur, on m'avait signalé avant de partir qu'il y avait sur le chemin une croix datée de 1896 . Je l'ai effectivement bien repérée. Elle marque l'endroit  où une jeune fille est morte  en plein hiver 1896 . Le village a été abandonné définitivement le 1er avril 1896. Donc ce décès a eu lieu entre janvier et avril.

 

Un internaute me donne des précisions :" Au sujet de la croix située entre les deux cols, j'ai toujours entendu raconter qu'une jeune fille était morte là alors qu'elle était allée à Gap chercher des médicaments pour sa mère. Prise dans la tourmente elle n'aurait pas pu aller plus loin. C'est ce que racontaient les derniers habitants de Chaudun. j'en ai connu deux. L'un habitait Gap, l'autre Mr Bonnardel, St Bonnet en Champsaur. Il eut fallu enregistrer ces témoins . Personne dans le pays n'était équipé pour le faire et de plus ces gens là n'évoquaient pas volontiers ce passé".           

 

 

 

 

Puis descente vers Chaudun.

 

 

Descente-vers-Chaudun.jpgLe long du  chemin,  la neige est encore repérable par-ci par-là. On trouve dans cette forêt, des mélèzes, des pins noirs d'Autriche, des pins à crochets, mais également toutes sortes  de feuillus.

 

 

 

Descente-vers-Chaudun-2.jpg

  La pente se fait plus raide et je presse le pas ( j'ai marché environ 1h15) . Voici donc cette forêt qui est l'oeuvre des "Eaux et Forêts". Magnifique.

 

 

 

 

L'arrivée sur Chaudun

 

 

 

Descente-vers-Chaudun-3.jpg

Dans une trouée d'arbres, je commence à découvrir les premières pierres de Chaudun et par la même occasion, la désolation de cette vallée très encaissée. L'autre versant n'a pas été reboisé et présente des signes de ravinement et d'appauvrissement évident. Par ailleurs on devine sur cet autre versant la marque du travail de l'homme ...... encore 20 mn de marche pour arriver à destination....tout à fait en bas. 

 

 

 

 

Chaudun

 

 

Chaudun-pont-a-l-arrivee.jpg

J'ai été très surpris par cette arrivée dans le village.  Le pont est d'époque. Il est en très bon état.  En 6 heures  de temps (  4h de marche A et R + 2h sur place) je n'ai rencontré personne.

 

Si vous avez loupé les photos anciennes du village cliquer ICI

 

 

 

Torrent-de-Chaudun.jpgLes berges du torrent.  L'impression est très curieuse. Le village a été abandonné il y a 110 ans, et pourtant ne semble pas totalement délaissé.

 

 

  

 

 

Premier pôle d'intérêt : le mémorial laissé par les habitants en 1895.

 

 

 

Photo Chaudun dominique Dupeyre

  Ce très beau cliché m'a été adressé par M. Dominique Dupeyre ( qui habite Romans sur Isère ) avec le mot qui suit :

 

"Sur le GR93, depuis Peyrus dans la Drôme, je suis arrivé à Chaudun au bout de mon 8eme jour de marche (c'était le Mercredi 15 Septembre 2010). Je venais de St Étienne en Dévoluy en passant par le Col de Saume et le Col de Chétive. Une très belle journée. Une trouée dans la forêt et sont apparus la chapelle commémorative et les restes du cimetière de Chaudun. Je devais continuer mon étape pour bivouaquer après le village. Je suis rester bivouaquer à Chaudun. Le lendemain, j'ai continué vers Rabou par le GR93 le long du Petit Buech. J'ai rencontré à Chaudun une athmosphère à la fois pesante et de plénitude, que je n'ai rencontré que dans certains endroits du Vercors.

Salutations, et merci pour votre article plein de simplicité et de charme, malgré la rudesse du lieu et de cette situation". 
Merci pour ce mot : j'ai ressenti les même choses que vous en ce lieu.

 

 

 

 

chapelle-memorial-Chaudun.jpg

Avant de partir en 1895, les habitants avaient décidé de batir cette petite "chapelle-mémorial" pour honorer leurs défunts et en mémoire de leur village. Il ne reste que la façade qui a été restaurée il y a quelques années. Il ne s'agit donc pas de l'église du village dont les dimensions étaient plus importantes.

 

 

 

 

Chaudun-photo-tombe.jpgLa tombe de la jeune Félicie Marin ( décédée à 17 ans le 30 avril 1877) . Cette photo n'est pas spécialement plaisante, mais elle va me permettre d'expliquer un problème majeur pour chaudun. En effet non seulement le village était totalement isolé pendant les 9 mois d'hiver avec impossibilité d'évacuer un malade vers l'hopital de Gap mais pire, il n'y avait pas de médecin sur place ! De quoi est décédée cette jeune fille ? une appendicite ? une petite infection qui a mal tourné ? une tuberculose ? une chute ? A chaudun, le problème sanitaire était réel.

Je reçois d'assez nombreux courriels pour cette photo, en général de personnes qui sont allées à Chaudun et qui ont été frappées par le lieu. Une internaute qui s'occupe de généalogie m'a adressé des précisions intéressantes sur cette jeune Félicie Marin :" J'ai retrouvé dans les archives le mariage de ses parents et le 1er mariage de sa mère, LAPEYRE Marie Anne Élisabeth, à St Étienne en Dévoluy (elle était du Collet) avec CHAIX Ambroise Auguste, garde champêtre à Chaudun qui est décédé dans sa maison de "mort violente" -relevé sur l'acte-"

Surpris par ces informations  j'ai demandé quelques précisions :  "Pour mes sources se sont les Archives  Départementales 05 en ligne qui  sont très documentées et très faciles à consulter (ce n'est pas le cas de toutes les AD où je cherche sans fin pour retrouver nos ancêtres). De plus il y a une partie iconothèque très fournie en photos et fiches provenant, entr'autre, du service de restauration des terrains de montagne: de quoi y rester des heures! 
 Le hasard : cet après-midi mon mari a retrouvé un exemplaire du" Semenaïre" le n°7 du 1er trimestre 1987 où se trouve un article sur Chaudun extrait d'un exposé de Marcel BARÈS; je vous le passe ainsi que le lien pour les AD

 

 J'ai reçu donc quelques photos, que je ne tarderai pas à mettre dans l'article (novembre 2011)  

 

photo-Chaudun--cimetiere-et-memorial.jpg

  Cimetière et fronton du mémorial. L'ensemble a été restauré récemment.

 

 

 

 

Chapelle-de-Chaudun.jpg

Reconstitution numérique du mémorial que j'ai effectuée moi-même. Je pense qu'il devait ressembler fortement à ça. Je me suis basé bien-sûr sur des photos anciennes.

 

 

 

 

Le deuxième pôle d'intérêt : le torrent et les vestiges de la vie quotidienne.

 

 

 

Chaudun--deuxieme-pont.jpg

 Hormis le pont à l'entrée du village, ce deuxième pont existait déjà à l'époque. Il a bien-sûr été refait depuis en s'appuyant sur les mêmes pierres de la berge.

 

 

 

 

 

Chaudun-.-Pierre-ronde.jpg

 Cette belle pierre ronde se trouve au bord du torrent.

 

  J'ai reçu un mot  fort intéressant d'un agriculteur de Saint Bonnet à la retraite qui a connu ce lieu dans les années 50 et qui me signale quelque chose d'important : ".........J'ajouterais que d'année en année nous, utilisateurs de ce site, avons constaté la disparition de très belles pierres taillées prélevées  dans l'église et les habitations en ruine. Elles agrémentent aujourd'hui sûrement des villas dans les entourages appartenant à des personnes un peu fortunées et équipées d'un moyen de transport. Précisons que l'accès au village était alors libre. Seul le mauvais état du chemin a un peu freiné le pillage".   

....l'information est importante.

 

 

Photo-de-la-fontaine-de-Chaudun.jpg

 Fontaine restaurée. Dans le bois qui se trouve derrière il y des dizaines de ruines. On peut s'étonner  qu'en si peu de temps (110 ans)  tout soit à ce point en ruine !

 

 

 

 

 

Triosième pôle : l'ensemble des ruines du village.

 

 

Chaudun-copie-3.jpg

 Sur place, ces ruines de Chaudun sont étonnantes.

 

 

 


Les ruines du village et quelques photos d'ensemble. ( cliquez sur "rejouer" si le diaporama est en pause).

 

 

  Le mot d'un internaute : " Je suis de St Bonnet en Champsaur. Agriculteur à la retraite j'ai durant mon activité souvent eu l'occasion d'aller à Chaudun puisque nous y conduisions des génisses dans ces alpages loués aux "Eaux et Forêts" ....... Le bénévolat était alors très répandu et des journées d'entretien nombreuses avant la montée en alpage des bêtes. Elle consistaient à réparer ou améliorer les sentiers: Chabanottes>>les Clots; le village >>Poréo et même la route souvent dégradée par les orages ou les pluies de printemps. Des bassins en béton ont été acheminés par les premiers tracteurs agricoles et mis en place à la force des bras et à l'aide de rouleaux de bois. J'ai un souvenir de travaux effectués sur les piles du pont à l'entrée du village. Les matériaux et outillage étaient transportés depuis St Bonnet  par une vielle voiture Renault primaquatre transformée en camionnette.....".

 

 

 

Chaudun-le-gite.jpg

 

Lorsqu'on arrive à  chaudun on découvre ce panneau . Il surprend après tant de marche. J'ai donc  préféré le mettre à la fin......c'est plus poètique. Il y a effectivement deux batisses : une maison forestière ( si j'ai bien compris) et un gîte qu'on peut louer ( vous trouverez les renseignements en tapant en recherche sur internet:  "ONF gîte Chaudun"  . Pour ceux qui aurait des difficultés je mets le lien en fin d'article ).

Le gîte de Chaudun est à mon avis exceptionnel. Les marcheurs s'y retouveront pleinement. Dépaysement absolu et des excursions  partout..... 

 

 

Retour et remontée vers le col de Gleize.

 

 

 

 Retour-Chaudun.jpg

  Deux heures pour remonter le chemin de chaudun et sortir de cette forêt( je me suis donc retourné pour prendre cette photo) ......et un souvenir magnifique.

 

 

 

 

 

retour-Chaudun-2.jpg

 ......et lorsque les plantations n'ont pas été faites on découvre que la pierre n'est pas loin. Je pense être à 30mn du col de Gleize ( chemin du retour) .

 

 

 

 

Retour au Col de Gleize

 

 

 

 Col-de-Gleize-chaudun-2.jpg

  J'arrive au col de Gleize ( stationnement voiture) dans une ambiance spéciale......au dessus des nuages.

 

 

.

.

Vous pouvez m'écrire à  glaizil@hotmail.fr

 

Pour  les renseignements sur le gîte de Chaudun ( 16 places)  cliquez ICI

Pour revenir au début de l'article sur Chaudun Cliquez ICI 

Pour revenir à l'Acceuil général du blog  Cliquez ICI

 

 

 

 

 

 



Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Par Lecourtier philippe

Article écrit le 08 juillet 2010 par Robert Faure 

 Chaudun 1880 , l'hiver-copie-1

   Photo de Chaudun prise en fin d'hiver. Sur le versant gauche la neige , sur l'autre la désolation , de toute part des montagnes difficilement franchissables. Dans leur lettre au ministre les villageois écrivaient : "....notre village est enfoui 8 mois dans l'année; privé de communication, enfoncé dans les replis abrupts de rochers dénudés....le mulet est la seule bête que nous puissions employer avec sécurité pour le transport à dos de nos approvisionnements....". ( pétition du 28 octobre 1888) .

 

 

 

Mais pourquoi ont ils fait ça?

Ils étaient « au bout du rouleau » , tant la vie leur était dure: la rigueur du climat, 8 mois d'hiver à 1900 mètres d'altitude, des conditions d'existence dures et précaires, une terre stérile, un sol dur et rebelle, un village encaissé, enclavé, 19 kilomètres pour trouver le premier magasin, pas de médecin...

La ténacité des habitants arrivait alors à son terme. Tout empirait. Ils se sentaient découragés, vaincus, désespérés. Ils ne pouvaient même plus payer leurs impôts.

Un temps séduits par leur curé, l'abbé Robert, (un Champsaurin de Charbillac), quelques habitants manifestaient leur envie de s'expatrier pour fonder un autre Chaudun sous un climat moins rigoureux et un sol moins ingrat. L'Etat, à l'époque, facilitait les départs pour l'Algérie, vers « cette nouvelle France, cette seconde patrie ».

Et, de propositions en propositions, de négociations en négociations, la municipalité, finalement, proposait au gouvernement d'acheter la commune.

L'administration des Forets venait alors occuper le territoire vidé de ses habitants.

Et 4 millions d'arbres remplaçaient 176 habitants.

 

DSCN4822.JPG

 Aujourd'hui, Chaudun en ruine est envahi par la végétation. ( photo de Juin 2010 ).

 

 

 

Une situation très difficile......

La destinée de ce village, en limite du Champsaur, montre bien l'état d'esprit dans lequel se trouvaient à l'époque les paysans de la région. 

 

D'ailleurs, la situation des autres communes du Champsaur n'était guère plus brillante.

Il est vrai qu'elles se retrouvaient , toutes , marquées par un accroissement rapide de la population ( un quasi doublement) et la terre n'arrivait plus à nourrir tous les habitants:

La population était passée,

pour Ancelle, de 545 (au I5ème siècle) à 1193 en 1881,

pour Champoléon, de 265 à 563,

pour Le Forest Saint Julien, de 125 à 528,

pour Saint Bonnet, de 850 à 1763,

pour Saint Jean Saint Nicolas, de 350 à 930...

Pour les femmes, les maternités succédaient aux maternités.

Quant aux pères, ils estimaient que, dans ce pays où la mort frappait durement surtout les enfants, il fallait un maximum de descendants pour assurer la survie.

Dans les grandes familles, quand le père, en pleine force de l'âge mourait, c'était le drame. Et si les deux parents disparaissaient, c'était souvent , pour les nombreux enfants, l'orphelinat.

Au début du 19ème siècle, la moyenne de vie, dans le Champsaur n'était que de 29 ans.

Les pauvres terres étaient insuffisantes pour nourrir la forte population de la vallée.

 

Un système patriarcal.....

Ceux qui persistaient tentaient bien de garder, en dépit de difficultés de toutes sortes, un système patriarcal qui permettait un maigre minimum vital.

La vallée vivait en autarcie, au sein de familles nombreuses où l'autorité du chef de famille était reconnue jusqu'à un âge avancé.

Le père, on le respectait, on le craignait, on le vouvoyait.

Les règles qu'il enseignait : travail, dur travail, des terres difficiles et peu généreuses, persévérance quand même.

Sa vie : labourer, semer, faucher, récolter, garder, gouverner les bêtes.

Les pères étaient très puissants, (le fils aîné aussi, à la mort du père).

Les mères courageuses. Une vie pénible, avec, en plus des travaux domestiques et ménagers, quantité d'enfants : souvent plus de dix.

Pour les jeunes, la cohabitation  avec les parents était intenable.

 

Un climat  glacial et des terres difficiles à travailler......

L'habitat était austère, rudimentaire, glacial.

Les parcelles à travailler étaient maigres eu égard à l'importance des familles qui vivaient dessus.

Il fallait compter avec l'altitude qui limitait l'utilisation des terres. Subir parfois six mois d'hiver.  Quand la bise soufflait et la neige tombait en novembre, les seigles et les avoines ne pouvaient plus mûrir. Betteraves, regains, pommes de terre étaient ensevelis. Et il fallait attendre plus de cinq mois pour réensemencer des blés de printemps sans savoir si un futur automne clément permettrait de les récolter.

De plus, il ne fallait pas trop se fier aux terres en pente qui glissaient vers le Drac.

Chaudun.jpg

 Il fallait lutter sans merci, quotidiennement, pour conquérir un pouce de terrain.

Témoins ces terrasses, ces « clapiers » et ces tonnes de pierres, de cailloux, arrachées à la terre et qui jalonnent les chemins entre Orcières et Prapic.

Très dures vies!

...On comprend le désespoir des habitants.

D'ailleurs, plusieurs hameaux haut-perchés ont vu, à l'exemple de Chaudun, leurs habitants partir définitivement.

Dans la liste de ces hameaux abandonnés : Molines en Champsaur, Londonnière, Les Bayers, Le Roy, Le Sellon, Les Auberts, Méollion, Chaumeillon, Les Chabauds, Costebelle...etc...

Si l'on en croit le rapport de 1857 basé sur le revenu imposable, les paysans du Champsaur étaient les plus pauvres de la Nation au 19ème siècle.

 

Une émigration importante. Partir à tout prix.....

On comprend aussi que de nombreux jeunes n'aient eu qu'une idée en tête: fuir, partir même au delà des mers.

Plus de 5000 Champsaurins ont alors émigré en Algérie, aux USA, au Canada, en Argentine...

Ils ont quitté la vallée, surtout entre 1845 et 1935.

Ils ont laissé, en pleurant, le Champsaur et les parents qu'ils aimaient, parce que la vie, dans la vallée, menait à une impasse. Ils voulaient survivre!

Pour ceux qui restaient , différentes mutations allaient modifier la vie locale.

 

Puis des  changements importants dans le Champsaur...... 

Triste, mais régulatrice, la guerre de 1914-1918 emportait un tiers de la population masculine.

La vie des paysans allait également changer après la guerre de 1939-1945 avec la mécanisation de l'agriculture, l'intensification de l'élevage et la modernisation des exploitations.

Puis le tourisme arrivait vers 1960,  tourisme indispensable pour permettre à davantage de Champsaurins de travailler et de vivre au pays.

Le Champsaur passait alors d'une économie fermée à une économie ouverte, d'une économie de subsistance à une économie de productivité.

Autant de transformations bénéfiques puisqu'elles ont permis aux Champsaurins d'atteindre un niveau de vie comparable à la moyenne française.

Aujourd'hui, vivre en Champsaur n'est plus, comme au 19ème siècle, un douloureux défi.

 

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Par Robert Faure
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés