Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Recommander

Compteur de passages

Vous êtes le visiteur
          
                

 

100000:visit. le 9avril10         

160.000 visiteurs le 13 dec  

180.000 visiteurs le 22 fev11  

200.000 visiteurs le 14mai11

250.000 visit.le 8 dec 11       

280.000 visit.le 4 mars12

300.000 visit le 13 mai12        

350.000 visit le 19 oct 12

360.000 visit le 28 nov 12

380.000 visit le 24 janv 13

400.000 visit le 21 mars13   

420.000 visit le 5 juin 13

450.000 visit le 26 sept 13

500.000 visit le 28 février 14 

520.000 visit le 3 mai 14

540.000 visit le 6 juillet 14

 

 

 

            

Visiteurs actuels

Nombres de visiteurs actuels

 

  Il y a actuellement    4 visiteurs sur ce blog

 

 

  Il y a actuellement    4 visiteurs sur ce blog

 

Sommaire des articles

Accueil (5 chapitres)

 

Auteurs du blog (1)

 

Calendrier Champsaurin 2014

et langue régionale

R. Faure janvier 2014

 

 

Juillet 2014 d

 

 

Nouveaux articles  

 

 

Col du Lautaret

Alexandre Bonnabel

Champsaurin entreprenant

R. Faure Juillet 14

 

Résistance 39 45

Lecourtier Juillet 14 

 

Aimé Roux : Résistant

Lecourtier  Mai 2014

 

Deux amis de 14 18

"à la vie à la mort "

R. Faure mai 2014

 

Diaporama guerre 14-18

R. Faure novembre 2013

 

Saint Bonnet en Champsaur (3) 

Revu et corrigé  mai 2014

P. Lecourtier

 

 

 

Villages du Champsaur

 

Ancelle (1)

 

Saint Bonnet en Champsaur (3) 

 

Saint-Jean-Saint-Nicolas (5)

 

Pont du Fossé (3)

 

Champoléon. (2)

 

Station de ski de Chaillol (1) 

 

Saint Michel de Chaillol  (1)  

 

Station de Laye (1)   

 

Valgaudemar (1)      

 

Saint Léger Les Mélèzes (2)

 

Pouillardencq (1) 

 

village de Chauffayer (3)       

 

Village de Corps (7)       

 

La Motte en Champsaur (3)

 

Saint Firmin en Valgaudemar (3)

 

Le Glaizil en Photos (3)

 

Les Aliberts  (près St Bonnet) (1) 

 

Chaudun (3)         

 

vues satellite du Champsaur (1) 

 

Pélerinage de La Salette (7)

 

Fond Ecran Champsaur (2)

 

Refuge Napoléon au col de Manse (1)

 

Col du Lautaret (1)

 

 

 

Webcam (camera direct)

 

Gap en direct ( webcam ) (1)

 

Col Bayard en direct (1)

 

Orcières en direct (1)  

 

 

Châteaux du Champsaur

 

Chateau de Lesdiguières au Gla (2)

 

Chateau des Herbeys (1) 

 

Château de Saint Firmin (1)

 

Château de St Léger les Mélèzes  (1)

 

 

 Articles de Robert Faure

 33 articles

 

L'auteur

 

Présentation de ses livres (2)

 

Sommaire de tous ses articles (1) 

 

Champsaur autrefois (16 articles)

 

Champsaur aujourd'hui (15 art.)

 

Interview de M. Faure  (1)

 

Robert Faure sur FR3  (1)

 

Confèrence à Orcières  (1)

 

Diaporama guerre 14-18

 

Presse et télévision locale (1)

 

Divergences Parc National Ecrins(1)

 

 

 Hommes célèbres 

 

10  personnalités marquantes   (10)  

 

 

 Colonies du Champsaur

 

colonie Timon David au Glaizil (3)

 

colonie Aix au Glaizil  (20)

 

Rencontres des anciens de la colo (3)

 

Colonie Marie Philip (1)

 

Fin des colonies pour 2013 ?  (1)

 

Chants de colonie  (1) 

 

 

Evénements marquants 

 

Accident avion pélerins canadiens contre l'Obiou (18 chapitres)

 

Accident mortel dans l'Obiou (1)

Aout 2013

 

Résistance 39-45 et Champsaur (8) 

 

Eoliennes de Pellafol (1)

 

Rassemblement scout 1973 

 

 

Témoignages


Robert Faure  1000 sujets/Champsaur

 

Jean Bauchau, paysan par vocation

 

Emission de TF1 "tous ensemble"

 

Souvenirs de guerre d'un enfant (1)

 

Docteur du Serre de St Bonnet 

 

Errance d'une famille juive en 39 45 

 

Guerre de 1870 raconté par Mr Servel

 

Enquête sur Anne-Marie Faure (1) 

 

Pierre Poutrain résistant (1)

 

Paul Marie Radius résistant (1)     

 

Léon Michel : Gestapo  (1)

 

 

 

Automobiles  

 

Sébastien Ogier, exceptionnel (1)

 

Croisière Blanche historic (1)

 

Automobiles du Champsaur (1) 

 

 

Photos et CP anciennes

 

Pont du Fossé (1)

 

Saint-Bonnet  (1)

 

Corps (1)

 

Glaizil (1)

 

La Salette (en 1900)

 

 

Thèmes religieux 

 

Pélerinage de La Salette (7articles)

 

ND du Laus autrefois (1)    

 

ND de Bois Vert (1)

 

Vénérable frère Polycarpe (1)  

 

Mgr Jean Eyraud du Glaizil (1)

 

La secte des Patarons (1)

 

ND La Salette en ruine Marseille (1)

 

 

 

Histoire du Champsaur

La grande....

     

Diaporama guerre 14-18 

 

Louis XI dans le Champsaur (1)

 

Résistance 39-45 et Champsaur (8)

 

Guerre des religions (1)

 

Révolution de 1789 (1) 

 

Hannibal est passé par le Champsaur (1)

 

Duc de lesdiguières (3)

 

Histoire du Glaizil (1)

 

Le Champsaur ravagé en 1692  (1)  

 

Guerre de 39-45  (8)

 

Guerre de 1870 raconté par Mr Servel

 

Napoléon traverse le Champsaur (1)

 

Emigration vers USA (1)

 

 Champsaurins en Chine (1)

 

 

Traditions Champsaur 

 

Langue régionale (1)

 

Fête du terroir (1)

 

Encyclopédie des traditions (1)

Livre de Robert Faure  

 

Musée Gap sur Champsaur (1)

 

Musée paysan de Pont du Fossé (1)

   

Traditions musicales Champsaurines

 

 

 

Le coin des artistes

 

Carole Moutte : peintre Champsaur (1)

 

La Preyra : duo musical (1)

 

Gerard Dôle : musique (1)

 

Photos d'Albert Justin (1)   

 

Récital orgue Salette (1)

 

Le violon d'E. Escale (1) 

 

Les "Croquignard" BD (1) 

 

Les photos de Marjorie (1)

 

Les photos de R. Manson (1)

 

 

Les articles qui ont un plus

pour une raison ou une autre

 

RF=Robert Faure

PL= Philippe Lecourtier

 

Article le plus lu du blog

Pélerinage de La Salette PL

 

Ma video préférée

Interview robert FaureRF

 

Le village le plus lu :

Village de Corps PL

 

Le plus lu par les lycéens

Hannibal dans les Alpes RF

 

Article le + long à écrire (3 mois)

Mgr Jean Eyraud du Glaizil PL

 

Le seul article politique :

Fin des colonies pour 2013PL

 

Article le plus perilleux

Photos aériennes Champsaur PL

 

Vidéo la plus étonnante

chateau lesdiguières (1)     

 

 

 

32 Diaporamas    

 

Liste des Interviews et diaporamas (32)

 

 

 

 

Liste en cours d'élaboration 

 

 

 

 

Quelques photos du blog

    Champsaur 1

Nombre visiteurs actuels

Nombre de visiteurs actuels

 

  8|    Il y a actuellement   4 visiteurs sur ce blog 8|  

    Il y a actuellement   4 visiteurs sur ce blog  :D 

accident-avion-Obiou-copie-1.jpg
You can read this article in English. Click on : TRANSLATE  drapeaux-francais-et-canadien.jpg
     
 Vous êtes sur un site Français
.
.
.

  13 novembre 1950 - 13 novembre 2013 :  63eme anniversaire

 

 

trait

Bienvenue à nos amis canadiens. Déjà 63 ans que cet accident est survenu ! Et le souvenir de cette tragédie est encore très vif dans la vallée du Champsaur, et même douloureux pour certains (sauveteurs, familles .....). Heureusement en 2010, il y a eu de très belles commémorations franco-canadiennes, organisées  du côté français par M. Eric Boeuf et du côté canadien par Mme Danielle Gauvin. Ces belles commémorations ont adouci notre mémoire. Que de beaux souvenirs.......

Vous trouverez juste un peu plus bas le sommaire des articles et des films.

 

 Un chant à la mémoire des victimes. En 1950, un chant des pélerins avait été composé en hommage aux victimes. J'ai longuement cherché en 2010 ce chant, sans résultat. Et voici qu'il m'est adressé en ce mois de novembre 2012 par M. Norman Delessard. Pour écouter ce chant :   cliquez ICI


Sommaire des 20 articles concernant cet accident Cliquez ICI

Pour revenir à l'ACCUEIL général du blog : cliquez ICI    

Si vous faites une lecture descendante vous trouverez tous ces chapitres dans l'ordre.



 

 Le drame :13 novembre 1950 :
.
.
En effet le 13 novembre 1950, 
cet avion canadien revenant d’un pèlerinage à  Rome a heurté le sommet de l'Obiou  (à priori il manquait une trentaine de mètres pour que l'avion passe sans encombre), faisant 58 morts.  Le pilote volait à plus de 100km de la trajectoire normale qu’il aurait dû emprunter pour remonter vers Paris.
Certains ont évoqué un possible détournement d’avion par des espions russes pour récupérer des documents importants qui transitaient entre le Vatican et l'Amérique du Nord. D'autres ont évoqué le vent violent qui soufflait sur la région et l'absence totale de visibilité ce jour là : déjà plus crédible.

Une 3eme explication m'a paru très intéressante et la voici.  Avant de décoller de Rome, le pilote aurait signaler un problème sur le 4eme moteur. Après quelques vérifications il aurait décollé malgré tout, plus ou moins contraint. Sachant qu'il y avait ce problème il n'aurait pas survolé la méditerranée mais aurait fait le choix de remonter vers le nord de l'Italie (au dessus des terres), puis de survoler les Alpes pour aller au plus vite  (le plus directement) vers Paris.  Manquant de puissance-moteur  il aurait demandé à la tour de contrôle de baisser son altitude à moins de 3000m (cette demande est attestée) sans savoir qu'il y avait encore un sommet à 3000m.....l'Obiou. Les familles canadiennes que j'ai rencontré lors des commémorations de 2010 croient beaucoup à cette version. Certaines choses curieuses semblent confirmer l'hypothèse......Par exemple, le carnet de bord  de l'avion (où tout était consigné), avait été retrouvé  juste après l'accident puis a disparu définitivement. Il n'a plus jamais été retrouvé ! Ce document aurait mis en cause la compagnie aérienne......Mais c'est vraiment dommage, car il aurait permis aux familles de comprendre cet accident et de faire leur deuil plus "facilement".
Quatre ans plus tôt, en 1946, un avion de l’US air force avait  eu un accident au même endroit. On avait déploré alors 4 morts. 


Chronologie des évènements à travers une trentaine de photos:
       
 
 
                                                           Photo prise dans la gare maritime ( Anse au Foulon )

Les pélerins canadiens étaient partis de Québec un mois plus tôt, le 13 octobre 1950, par bateau (Le Columbia) en  direction de Lisbonne où ils sont arrivés le 20 octobre.  

Trois évènements importants motivaient ce long pélerinage : la promulgation  du dogme de l'Immaculée Conception (le 13 novembre 1950), la béatification de Marguerite Bourgeois et l'année Sainte à Rome (1950 ).
Le groupe reprend l'avion quelques heures après la fin des cérémonies, le 13 novembre en Italie, à Ciampino  (14h16 ), direction Paris. Sur les 58 passagers, 53 sont Canadiens. Il s'agit d'un DC4 de la compagnie Curtis-Reid Flying de Cartierville.
 
 
Le départ.
   
  Départ le 13 octobre 1950. Le Columbia devait partir le 12 octobre. Il ne partira que le 13 à cause de la brume. Direction Lisbonne où ils arrivent le 22 octobre 1950.

J'ai reçu un mot  de Mme Danielle Gauvin ( petite fille de Laureat Beaumont qui a été victime dans cet accident)  qui raconte le départ des pélerins vécu par sa grand-mère. Elle ne faisait pas parti du voyage car elle était enceinte. 
"Elle a toujours dit que ce 13 octobre 1950 était un matin de froid glacial. Elle est restée longtemps sur le quai et mon grand-père est demeuré longtemps sur le pont du bateau et elle a pu lire sur ses lèvres lorsque le bateau s'éloignait et qu'il saluait encore les siens, cette phrase qui est restée gravée dans sa mémoire : " Partir c'est mourir un peu". Et elle ne l'a jamais revu..."
.
..
   La traversée de l'Atlantique.
  
 Pourquoi parler de cette traversée ? Je viens de recevoir un document exceptionnel ( 9 octobre 2010 )  de la part de M. Paul-Emile Arsenault,  écrit en 1953 par le Père Ernest Arsenault (le frère du défunt) .....avec de très nombreux détails sur ce pélerinage. Je vais utiliser ce document pour commenter les photos.
 
Le départ : .
Le mauvais temps retarde la sortie du bateau. Finalement le 13 octobre à 17heures (5 heures PM) deux remorqueurs tirent le bateau au large et le départ est bien donné. La traversée va durer 9 jours.
 
La tempête: pendant quelques  jours la mer est terriblement agitée et " plusieurs dames et demoiselles ont trouvé le berceau dur et peu sympathique. On en a vu appuyés sur la garde du pont, le coeur bien près des lèvres, confier leurs larmes à la vague....."  Quelqu'un s'écrie "Mon Dieu soit béni pour toutes tes oeuvres...."  Monseigneur  sur le pont , tranquille, affirme :" quelle belle tempête, n'est-ce pas...." et une dame de lui répondre :" chacun son goût,......mais moi j'aimerais avoir deux jumeaux que de revoir tout ça...".
" ...et la Sainte Vierge semblait répondre à nos prières" n'ayez pas peur mes enfants, c'est moi qui ai guidé vos mères et toutes sont arrivées au port du Canada".
 
"Accueillis par un personnel courtois et de bonne humeur, les pélerins se sont sentis chez eux.....mais ils étaient à l'étroit"
 
 Ces neuf jours seront une véritable petite retraite. "Rien n'a manqué , ni pour l'esprit ni pour le coeur. Comme c'est le père qui rompt le pain des enfants, c'est Monseigneur, surtout, qui a alimenté la vie spirituelle des pélerins."  Le Père Ernest Arsenault continue un peu plus loin " Nourris à la même...... table Eucharistique, voguant vers le même but, animés des mêmes intentions, sous le patronage du même père, Mgr l'Archevêque,......... les pélerins sont vite devenus  frères et soeurs". "la profession, les titres, l'âge, la fortune ont disparu pour faire place aux sentiments fraternels"
 
 
Animation à bord du bateau.  Si Monseigneur Bureau anime la vie liturgique, il prépare également les pélerins à leur voyage " Monseigneur intéressa grandement les pélerins en les mettant au courant des moeurs et coutumes des pays que nous allions traverser : le Portugal, l'Espagne, la France, et l'Italie." Avant comme après chaque conférence, les artistes y vont chacun de leurs chansons......mention honorable au talent et à la bonne volonté de M. Oscar Paquet, fameux folkloriste....sachant y mettre le piment ....agréables à tous......". "L'orchestre du Columbia ....était épatant.......belle musique adoucie par la flûte de Mlle Anne-Marie Gauvin.

.
 
Accident-avion-obiou-1950.jpg Ce  film a été tourné par le Père Paul Emile Giroux qui trouvera la mort au retour du Pélerinage. Ce film malheureusement est très court (24 secondes) et de mauvaise qualité. Il confirme malgré tout que la mer était déchaînée (voir texte au dessus) et les mauvaises conditions de la traversée.......  Cliquez ICI ou sur l'image. 
    
   
Le Père Paul-Emile Giroux est la seule personne qui n'a pas pu être retrouvée juste après le crash. Son  corps n'a été retrouvé qu'à la fonte des neiges, en juin 1951. Je suppose qu'il avait  du confier sa caméra à une autre personne, ou peut-être ses bagages étaient-ils dans un autre vol.
  .
.
  
  Arrivée à Lisbonne le 22 octobre 1950 . Direction Fatima ( Espagne)  puis Lourdes ( France )  
 
Le dimanche matin 22 octobre, la grand messe est célébrée à bord du bateau par Monseigneur et les chants sont accompagnés par l'orchestre. A midi , la terre du Portugal fait son apparition. Tout le monde se lève et applaudit.....après tant d'émotions pendant la tempête!
 
Découverte de Lisbonne. La ville d'un million d'habitants en 1950 est très propre et bien ordonnée. Pas de "gratte-ciel". Les constructions sont modestes. A 3 heures PM ( 15 heures ) ils partent pour Fatima qui se trouve à 200 miles ( 322 kilomètres). Les pélerins découvrent alors un pays extrêmement pauvre. Le  Père Ernest Arsenault l'exprime d'une façon étonnante :" Transportons au Portugal 8 millions de canadiens ; donnons-leur tout le pays ( 1% de la superficie du Canada) avec les même moyens de subsistance qu'ont aujourd'hui 8 millions de Portugais : je dis que dans six mois, un bon pourcentage seront morts de misère et de faim, et les autres seront tentés de se jeter à la mer". Puis il fait une description catastrophique de la situation de ces pauvres gens en affirmant  " ...ils vivent comme au XVeme siècle".....
Il termine de façon aussi explicite : "nous nous disions l'un à l'autre : on en a assez ! ".
 
 




Le 22 octobre au soir ils sont à Fatima. ( photo de Gauche) Ils découvrent le lieu en ces termes : "Une pauvre statue sculptée sur bois, sous une petite cabane construite à claire-voie, marque l'endroit même où la Mère des hommes a demandé à ses enfants de grands sacrifices. J'ai vu des prêtres, des pères et des mères, des époux et des épouses, ........sceller de leurs larmes des contrats terribles. Nous allions à Fatima, décidés à ne rien refuser  à Celle  qui était descendue en urgence.......La Mère du monde en danger, se montrait exigeante pour le Canada....".
Lorsqu'on connait la suite des évènements, on ne peut être que touchés par ce texte qui montre le réel chemin de conversion de ces pélerins.
 
 Le 23 ils traversent l'Espagne en train pour arriver le 24 octobre à Lourdes dans le sud de la France ( photo de droite juste au dessus). A cause de l'obscurité à Fatima et de la pluie à Lourdes aucune photo n'est prise....si ce n'est celles-ci.



Ils arrivent à Paris le 27 octobre 1950.


 

Réception officielle du groupe à l'hotel de ville à Paris. Ensuite les pélerins visitent dans Paris la cathédrale, Notre Dame du Bac, Montmartre........Je pourrais mettre beaucoup de nom sur ces visages. Mais je tiens à signaler tout spécialement la présence du Père Ernest Arsenault en 4eme position en partant de la droite, col blanc assez large, béret sur la tête, tout vêtu de noir. Ce prêtre n'a pas suivi le groupe dans son retour vers le Canada mais a profité d'être à Rome pour visiter en Afrique sa soeur religieuse. C'est lui qui a écrit le récit du pélerinage dont j'ai fait un résumé un peu plus haut. Il semble s'être arrêté dans son récit à  la visite de Fatima. Il a perdu dans cet accident, son frère Paul-Emile Arsenault. 

 

 

 

Obiou.jpg   Passage des pélerins à Lisieux le 31 octobre 1950 ( Ste Thérèse de Lisieux). 


     

ROME  le 1er novembre 1950.

     


Cette photo a été prise par M. Armour Landry de Montréal. Le groupe de pélerins canadiens est là, sur cette place de Saint Pierre de Rome.




Le groupe reste à Rome du 1er novembre au 13 novembre 1950. Comme je le disais plus haut, trois évènements importants motivaient ce long pélerinage : la promulgation  du dogme de l'Immaculée Conception (le 13 novembre 1950 ), la béatification de Marguerite Bourgeoys et l'année Sainte à Rome (1950).



Le 4 novembre 1950, les pélerins sont reçus par le Pape. Cette audience avait été obtenue par Mgr Bureau qui faisait parti du voyage.




Bénédiction finale le 13 novembre 1950, quelques heures avant le départ.......




Dernière bénédiction du Saint Père avec indulgence plénière. Cette bénédiction a eu lieu le matin. Les pélerins repartent immédiatement après pour l'aéroport de Ciampino d'où ils décolleront à 14h16. 
Mme Linda Clermont me signale qu'on repère très bien sur ce cliché le Père Arsenault juste derrière le prêtre qui a les yeux baissés, en train de faire un signe de croix ( plutôt au centre et devant).     

 
 

La tragédie.


 

Photo des Alpes françaises, prise d'un DC4 . Je ne pense pas que ce cliché ait été pris par un pélerin avant le crash ( doute). Certes les affaires personnelles ont été récupérées, y compris les appareils photos.......

 

 

Précision de Peter du 29 novembre 2010 sur ce cliché :

"Je me permets d'apporter ma petite contribution à votre blog bien documenté et émouvant sur cette tragédie.
Vous avez raison de douter de la prise de vue depuis le DC4 de la photo des Alpes. En effet il s'agit du Mont-Blanc versant Italien avec de gauche à droite l'aiguille du Goûter, puis le Dôme du Goûter et tout à droite le plus, le Mont-Blanc.
L'arête de ces sommets est orientée NO-SE, l'avion vu la position du moteur suit sensiblement cette direction qui le mènera directement en Italie. Ce cliché n'a donc pas été pris par un Pèlerin.
De plus ce massif est beaucoup plus au Nord que l'Obiou, donc pas du tout sur le plan de vol du DC4."

   
On a  retrouvé le journal personnel d'un passager qui était intact et à peine mouillé où l'on pouvait lire :" 16h50 ( soit une heure avant le choc) , nous avons passé au dessus de l'île d'Elbe. L'hotesse vient de nous passer des gâteaux très gentiment. Maintenant nous allons dans l'inconnu . Avant le départ nous avons récité un chapelet pour que notre voyage soit heureux......"

"Maintenant  nous allons dans l'inconnu......".  Cette phrase m'a surpris et elle est surprenante......


CRASH


400 km/h . Choc frontal ( certains pensent que l'aile droite a accroché la paroi rocheuse en premier)  . 1/1000e de seconde. Une explosion entendue dans toute la vallée. Le "Canadian Pelgrim" s'écrase contre l'Obiou ( Mont Altier) avec 58 personnes à bord et tombe dans le vide jusqu'au premier haut plateau .  Les débris sont éparpillés sur plusieurs kilomètres. Aucun survivant...... 
Que s'est-il passé pour que le pilote vole à plus de 100km de la trajectoire normale?


Cliche-de-l-Obiou-et-accident-avion-1950.jpgCliché explicatif d'Eric Boeuf. Eric a souvent dit qu'il manquait 40m d'altitude à cet avion pour passer sans encombre. Sur le cliché de droite on peut se demander s'il ne manquait pas beaucoup moins....quelques métres peut-être !

 


Une hypothèse que j'ai entendue plusieurs fois de la part des familles :

 

J'ai été particulièrement attentif lorsque Louis Edmond Hamelin (reprenant l'hypothèse de certaines familles) a parlé devant la Télévision Canadienne en septembre 2010, de la réparation rapide du 4eme moteur de l'avion, en Italie, réparation qui n'est pas signalée dans le rapport de gendarmerie. L'avion n'est-il pas reparti d'Italie avec une panne sérieuse sur ce 4eme moteur ?  

Pour corroborer cette hypothèse du 4eme moteur défectueux, voici une autre information. Il semblerait que l'équipage ait demandé quelques minutes avant l'accident de voler à une altitude plus basse (manque de puissance)  pensant avoir dépassé les plus hauts sommets des Alpes. La trajectoire n'aurait-elle pas été également  volontairement raccourcie (en passant sur les Alpes)  pour arriver plus tôt à Paris ? Ce sont des choses qui sont en principe transcrites dans le carnet de bord....Mais voilà ! ce fameux carnet de bord qui avait  été retrouvé juste après l'accident, a ensuite définitivement disparu. Une preuve supplémentaire ?

18h15 Les secours s'organisent.
 
 

Les guides de haute montagne, les gens de la vallée, repèrent à la longue-vue l'épave de l'avion . Mais les secours ne peuvent se mettrent en route sans un minimun de logistique. On tente de remettre en route un vieux téléphérique forestier qui ne veut pas démarrer. On en change les cables. Les secours ne partent que le lendemain matin.


Une nuit très longue, très froide, où les secours se mettent en place. Le téléphérique est remis en route. Le matériel arrive en grande quantité. 250 volontaires sont prêts à partir dès l'aube. Les militaires informent le monde entier ( par la Presse ) de l'évolution de ce travail de secours.
Mais les 300 volontaires ne peuvent monter que le lendemain matin, dans des conditions difficiles du fait de la neige et du froid. Là haut, ils découvrent l'ampleur du désastre sur plusieurs kilomètres  .......spectacle désolant et terrible selon le  témoignage de ceux qui y étaient.



Les secours se mettent en route au petit matin.

Cet accident est le premier  de cette ampleur. Avant la guerre de 39-45 les vols touristiques n'existaient pas. En 1950, c'est donc le tout début de ce genre de vols  et le monde entier en découvre aussi toute l'horreur en cas d'accident. J'ai moi-même toujours entendu dire pendant  mon enfance  de la part de mes parents, la consternation qu'avait créé cet accident. Aujourd'hui encore le cimetière de La Salette Fallavaux est continuellement visité. Autre exemple, le responsable du musée de Pellafol me disait que tous les étés, il y avait 2 à 3 familles canadiennes qui passaient tous les jours......avec grande émotion.



Ascension difficile. 
Deux choses m'ont frappé : la première, il me semble qu'il y a des femmes dans ce groupe en particulier au centre, en anorak blanc, sur agrandissement cela ne fait aucun doute ( cette personne d'ailleurs, curieusement ne porte pas de gants ! détail......) . La deuxième, c'est  l'immense vide qui se trouve juste derrière ce groupe et que l'on ne voit pas dans un regard rapide.
Cette photo provient du musée de Pellafol ( avec autorisation 19/08/2009).  J'ai mis  d'ailleurs un article tout à fait en bas sur ce petit musée qui m'a reçu très aimablement ( descendez et vous le trouverez)  .
Le musée signale qu'il s'agit du passage du "Couravou". Mr Eric Boeuf, alpiniste de l'extrême ( légion d'honneur)  et avec qui je suis en contact très régulièrement m'écrit :" ...il ne s'agit pas du Couravou qui est impraticable à cette époque (surtout  sans corde)  mais du "Petit Endroit".
  

 

Les volontaires progressent lentement menés  par les guides de haute montagne.  Dans l'ovale on voit très bien sur l'original une file ininterrompue de bénévoles.



                                              Les pentes sont très glissantes sur certains passages (témoignage).



L'arrivée sur les lieux.......



                                               Recherche des corps sur des pentes verglassées.




                                          Recherche des victimes sur les terrains les plus escarpés par les alpinistes.........




                                                           La serviette de Mgr Bureau avec des souvenirs  pour ses proches.





 No comment......
.
.


                                A l'éparpillement des morceaux d'avion et .....des corps , on devine la puissance du choc .



   
Photo musée Pellafol ( avec autorisation ).











    Je pense qu'il s'agit d'un moteur du DC4. Photo prise le 15 novembre 1950 dans l'éboulis de "Casse Fouira".   Photo musée de Pellafol  avec autorisation.





                                                       Certains corps ont du mal à être retrouvés et les recherches se font partout .  



Accident Obiou 1950 

   

     Accident de l'obiou novembre 1950
Photo se trouvant sur un article de journal (adressée par M. André Ringuette, canadien) 
 
 
obiou-1950.jpg
Journal adressé par M. Ringuette 
 
 
 .
.
.
 

Accident-Obiou-1950.jpg3.jpg                                                 Au loin, on remarquera les personnes qui font des recherches......

  

 

 

Accident Obiou 1950. Pélerins canadiens.3

 

 

 

 

Accident-Obiou-1950.-Pelerins-canadiens.jpg

 

 

 





Accident-Obiou-1950.-Pelerins-canadiens.2.jpgRedescente des alpinistes. J'ai pu rencontrer quelques-uns d'entre eux : ils ont tous été marqués à vie. Lors des commémorations du 19 septembre 2010 à Québec M. Hamelin également ( qui était sur place en novembre 1950) a  livré un témoignage poignant devant la télévision canadienne.

 

 

 




                                                                                 Photo 2009, musée Pellafol.   


Cet été  2009,  plusieurs personnes sont montés sur les lieux du crash et ont fait des photos.....je vous en dirai plus dans l'article sur le musée de Pellafol qui sera prêt début septembre 2009.                                     



La descente des victimes dans la vallée ......

Du lundi 13 novembre 1950 au vendredi soir, sans interruption, les corps sont descendus, un à un, sur traineau ou sur brancard, jusqu'au téléphérique forestier qui a pu être remis en marche ( voir plus haut) .


Le téléphérique forestier a pu être remis en marche. On voit sur ce cliché que l'armée participe à ce pénible labeur . ( cliché musée Pellafol avec autorisation )


Seul le corps de l'abbé Giroux demeure introuvable. Il sera retrouvé le 13 juin de l'année suivante et sera transferré à la cathédrale de Grenoble le 14 juin 1951.

Les victimes sont mises dans l'école communale puis dans l'église du village le plus proche de" La Croix de la Pigne". Déjà les familles  et des délégations canadiennes sont sur place. 


L'abbé Proulx de Sainte Anne-de-la-Procatière accompagné du RP Ubald Villeneuve, tous deux venus du Canada pour la cérémonie des funérailles, observent l'Obiou .



L'Eglise de La Croix de la Pigne se remplit des cercueils qui sont couverts de fleurs. Mgr Roy du Canada chante un premier "Libera " et remercie la France et les sauveteurs. "Notre immense gratitude va à ces admirables sauveteurs qui ont risqué leur vie pour arracher à la montagne, nos chères victimes......."
Personnellement j'ai entendu dire que l'héroïsme n'avait pas été de monter à 3000m mais bien de constater l'ampleur du désastre......un souvenir qui marque à vie.




Samedi matin les corps sont acheminés  par camions militaires vers Grenoble ( ville épiscopale) qui se trouve à 60 km.



                        Arrivée des corps à la cathédrale de Grenoble. Les journalistes du monde entier sont là.





Samedi 15h. Cathédrale de Grenoble. Cérémonie funèbre. Remontée de la procession entre les cercueils. A droite Mgr Roy chante un deuxième "Libéra" . L'oraison funèbre est prononcée par Mgr Caillol, Evêque de Grenoble. La cathédrale est pleine: 30 000 personnes attendent dehors.




Direction Chapelle Saint Roch qui se trouve au centre du cimetière de Grenoble.



La traversée de Grenoble des 58 victimes . Direction  La Chapelle St Roch à travers une haie de 40.000 personnes .Tout le clergé de Grenoble est présent.





 
Puis suivent la longue file des camions militaires transportant les cercueils..
.


L'arrivée au cimetière.



                                          Cimetière et chapelle Saint Roch. Les corps seront transferrés en 1953 à La Salette Fallavaux.




Au même moment des cérémonies à Québec et à Saint-Célestin de Nicolet.


Photo prise à Saint-Célestin de Nicolet où a lieu la plus grande cérémonie le 25 novembre 1950 avec 350 paroisses venues de 20 diocèses différents. Un hommage appuyé est rendu au président général des cercles Lacordaire et Sainte Jeanne d'Arc, Mr Roger Ellyson.

 

 

Les jours suivants........


Le 18 novembre 1950 un grand office religieux se tient en la cathédrale de Grenoble, en présence de Mgr Maurice Roy et de Mgr Alexandre Caillot.

Puis les cercueils sont amenés au cimetière de St Roch à Grenoble.

Le 19 novembre 1950 : office religieux pour cinq protestants qui étaient dans l'avion.

Le 13 et 14 Juin 1951, à la fonte des neiges, une équipe remonte sur les lieux de l'accident pour retrouver le corps  de l'abbé  Giroux. Il est transféré le 14 juin au cimetière de Grenoble.

Le 20 Aout 1951 Inhumation des corps dans le cimetière du Petit Sablon en présence de Mgr Garant, évêque auxiliaire de Québec.

Puis en 1953, transfert des corps dans le cimetière de La Salette Fallavaux, pour 47 catholiques. Les familles n’ont pas pu  malheureusement rapatrier les corps, l'Eglise s'y étant opposée pour diverses raisons. (
Hormis le corps d'Odila Doré qui fut transferré à Québec).

En 1955, les 5 protestants sont également entérrés à La Salette Fallavaux.

 

 


Le témoignage reçu récemment de la part de M. André Ringuette (canadien).

 

 

Andre-Ringuette.jpg

Photo de M. André Ringuette  (à droite) et de son ami Jean Marc André  prise le 20 ou 21 mai 1951 le lendemain de la mise en terre des cercueils. "Le gardien du cimetière nous avait dit que nous étions les premiers canadiens à visiter les lieux de sépulture. Le capitaine de l'avion était un copain de mon frère ainé également pilote d'avion..........."  

 

Voici la suite de son mot  " Voici le pourquoi de ma présence à Grenoble en mai 1951 : ayant gradué en Génie Electrique à l'Université laval de Québec fin avril 1951, j'ai été invité par "Electricité de France" à faire un stage de 5 ou 6 mois en France. Nous avons fait des stages un peu partout (Paris, Marseille, la côte d'Azur, les Pyrénées, Biarritz etc......) Ce fut un séjour instructif, intéressant."

 

M. Ringuette (84 ans aujourd'hui) m'a fait parvenir avec cette photo des articles de journaux concernant la thèse du géographe Louis Edmond Hamelin (qui lui aussi était en France en 1950. M. Hamelin a même participé aux premiers secours en novembre 1950). Sur ces articles de journaux reçus, j'ai trouvé des photos rares concernant les premiers secours. Elles se trouvent un peu plus haut.


Un grand merci M. Ringuette.

 

 

 

Aujourd'hui  : retour sur les lieux

 

 

cimetiere-canadien--obiou-1950.jpg Photo du mémorial et du cimetière se trouvant à 15 km  du  Sanctuaire Notre Dame de La Salette.





Grande surprise en rentrant dans la chapelle du cimetière : je trouve que les couleurs et les dessins sont relevés. En m'avançant près de l'autel, je  découvre une photo de ces pélerins, devant le pot de fleurs blanc. Cette photo se trouve juste au dessous : vraiment touchant.
Lors des commémorations, le Recteur de Notre-Dame-de-La-Salette nous expliquait que les peintures  de la chapelle représentaient la Bienheureuse Marguerite Bourgeoys au Québec entourée des enfants Amérindiens dont elle s'occupait.
Wikipédia nous rappelle en 2 mots son parcours : "Sainte Marguerite Bourgeoys, née à Troyes en France le 17 avril 1620 et décédée le 12 janvier 1700 à Ville-Marie au Québec, est la fondatrice de l'enseignement du français à Montréal. Elle a été canonisée le 31 octobre 1982 par Jean-Paul II ".
Les pélerins canadiens allaient justement à Rome en 1950 pour sa béatification, dernière étape en 1950 avant sa cannonisation en 1982.
.
.

                                                                        Audience des pélerins avec le Saint Père.

 
  accident-obiou-1950.jpgLes 47 tombes sont disposées dans le même ordre que dans l'avion.
 

.
   
 
Memorial-accident-avion-obiou.jpg
Mémorial qui se trouve dans le cimetière canadien depuis 2010. Il a été fabriqué avec les pièces de l'avion accidenté à l'initiative de M. Eric Boeuf. Chacune de ces pièces a été redescendues de la montagne en 2010, soit par hélicoptère (plusieurs rotations), soit par l'équipe des bénévoles. Le dessin a été imaginé par M. Kamel Attab qui l'a ensuite réalisé avec ses élèves du lycée de Bains les Bains. Il représente l'apparition de Notre Dame de La Salette  (1846) et les 2 jeunes témoins, Mélanie et Maximin. Sourire : à droite du jeune Maximin, son chien qui effectivement s'est endormi pendant l'apparition.
Pour lire les explications, la création et la mise en place du mémorial ( 2010 )  : Cliquez ICI

 
 
numérisation0007r
Dessin représentant le mémorial. Il m'a été offert lors des commémorations en 2010.



 
                                                         crah-obiou-1950.jpg                                                                     Cinq  membres de l'équipage sur sept (à priori protestants)

En voyant ces cinq tombes, je ne peux m'empêcher de vous raconter une belle et drôle d'histoire. En effet, vous l'avez peut-être repéré, il y a d'un côté 47 tombes catholiques (canadiens francophones) et de l'autre les 5 membres d'équipage protestants (anglophones). Entre les deux, un mur que l'on voit sur la gauche. Lors des commémorations, tout le monde est tombé d'accord, sous la houlette du recteur de ND de La Salette, le Père Hervé Bougeard, de démolir ce mur. Donc, lors des commérations de 2010, il y a eu aussi ce beau geste, et un beau souvenir !  Tous enfants du même Père.....
.
.
Composition de l'équipage .

Capitaine Orville Alfred Olmstead ( commandant de bord, Montréal )
Robert James Hendersen ( 1er officier, Willowdale, Ontario )
Henry Thomas Warkentin ( Navigateur, Lakeside-Heights)
Arthur Bethwell ( Navigateur, Montréal )
Dennis Norman Nichols ( radio-télégraphiste, Ville Saint Laurent)
Helen Marjory Johnston ( Hôtesse Montréal )
Roderick Malcom Mclsaak ( commissaire de bord ; Ville Saint Laurent)


Helen Marjory Johnston,
hôtesse de l'avion, était maman d'un jeune bébé.....aujourd'hui 60 ans environ. Ce monsieur est passé en 2009 dans ce cimetière, à Corps..... avec beaucoup d'émotion. Il en a été de même pour ceux qui l'accompagnaient.
Par ailleurs ce monsieur a souligné par courrier  à l'Evêché de Québec, avec Eric Boeuf et d'autres familles, l'importance que revêtait pour lui  la mise en place du mémorial ( 60eme anniversaire) dans le cimetière de La salette Fallavaux. 

Caroll et Roberta Hendersen 
les 2 filles du premier officier de l'équipage ont découvert avec grande surprise le site "Mémoire du Champsaur" en janvier 2011 ........malheureusement après les commémorations. Elles ont bien-sûr regretté de ne avoir pû venir en France en novembre. Elle sont en contacts aujourd'hui avec Danielle Gauvin (Canada) et  avec notre groupe de bénévoles français (via ce site).


 
             Memorial-crash-avion-Obiou-1950.jpg  " Ici reposent les pélerins canadiens morts sur l'Obiou dans un accident d'avion le 13 novembre 1950 ." Ce mur est perpendiculaire au mémorial de 2010.
.
.
accident-avion-Obiou.jpg
Notre Dame de La Salette au premier plan (1787 m)  et en face l'Obiou dont le sommet est à 2793m. Le cimetière des pélerins se trouve dans la vallée. L'avion a percuté cette barre rocheuse pratiquement à son sommet. L'explosion a été entendue dans toute la vallée. Un habitant affirmait avoir vu l'avion, dans une trouée de nuages, juste avant l'explosion dont il a compris malheureusement l'origine.

M. Eric Boeuf (initiateur des grandes commémorations de 2010 ) pense que l'avion a percuté la barre rocheuse  40m  au dessous du sommet !  Voici son mot : ".....le pilote aurait  demandé l'autorisation de voler à 9000 pieds au lieu des 10.500 initiaux...9.000 pieds de mémoire cela fait  2753 mètres  et l'Obiou est à 2793 m... ! "
 



Obiou--2-.JPG
La montagne de l'Obiou vue sous un autre angle.
Cette photo a été prise sur les terres de Jean-Pierre Hostache (commune de Pellafol). Compte tenu de la proximité, son père a participé aux premiers secours : c'est un souvenir terrible. Jean-Pierre Hostache a donné son témoignage lors des commémorations de 2010.
.
.

Le Musée de Pellafol  :

Un musée sur cet accident est ouvert au hameau de Pellafol à 7 kilomètres du village de corps. Ce musée  est en possession des photos du sauvetage. Il est tenu par des bénévoles. Le batiment a été refait en avril 2009  et l'ensemble des clichés a été  mis sur des supports d'exposition.
.
.
Musee-accident-Obiou-a-Pellafol.jpgMusée de Pellafol. La visite est émouvante. Pour découvrir ce musée cliquez ICI 
        
    
 
Pour lire l'article sur La Salette : Cliquez ICI  
Sommaire des 20 articles concernant cet accident Cliquez ICI  
 Pour revenir à l'ACCUEIL général du blog : cliquez ICI
 
    
     
Ecrire un commentaire - Voir les 11 commentaires
Par lecourtier
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés